Témoignages

  • Une organisation libérée de la question du handicap : les dessous du fonctionnement.

    Bretagne Ateliers œuvre dans un but simple : offrir un emploi à des personnes fragilisées par un handicap. Grâce à son système de management collaboratif CRISTAL (Convivialité, Rigueur, Implication, Simplification, Tous ensemble, Amélioration, Longévité), l’Entreprise Adaptée atteint des performances équivalentes aux références du secteur.

    Et c’est bien la première chose qu’on remarque en entrant dans l’atelier : on est dans un atelier industriel propre, avec ses zones de stock et de circulation bien délimitées, ses outils spécifiques de travail et de manutention, ses signalisations claires. Résultat d’une démarche 5S rondement menée, il est difficile de le différencier d’un atelier industriel appliquant assidument les bonnes pratiques de son secteur. Mais ici, tout est façonné par un système de management adapté et efficace, CRISTAL.

    Mis en place en 1995 avec l’aide de Proconseil, le système CRISTAL n’a cessé d’évoluer depuis. Première adaptation : ralentir ! Car si Proconseil cherche toujours à mettre du rythme, de l’énergie et de l’enthousiasme dans ses interventions, il est des situations dans lesquelles l’ambition ne porte pas sur l’accélération. Dans le souci de ne pas induire un stress trop important sur ses équipes, Bretagne Ateliers a entrepris les démarches de transformation à son rythme.

    Un management collaboratif pour assurer la cohésion et la performance

    Le système CRISTAL repose sur des principes simples : faire que les salariés soient acteurs de la qualité et du progrès, communiquer dans la transparence, et surtout impliquer tout le monde.

    « Chez Bretagne Ateliers, c’est l’opérateur qui fait la qualité, détecte la difficulté, l’anomalie et recherche les solutions. C’est aussi le travail de l’opérateur qui donne satisfaction au client. La structure d’encadrement n’intervient qu’en appui et si besoin. C’est le principe de la Pyramide inversée qui place l’agent de fabrication au cœur du dispositif. »

    L’atelier est découpé en villages, de même que les bureaux. On retrouve là un découpage par secteur, clients et/ou activité qui permet de générer de l’appropriation. Un « maire », élu et révocable par le groupe, est en charge d’animer toutes les semaines le rituel de progrès : revue des objectifs, points qualité et sécurité (il y a d’ailleurs un référent sécurité dans chaque équipe), avancement des mini-projets et du plan d’actions, etc.

    Une grande place est laissée à l’écoute et au partage, car c’est lors de ces séances collectives que sont proposées les idées d’amélioration. Une fois acceptées par le groupe, elles sont inscrites sur le tableau de management visuel et gérées en toute autonomie par l’équipe, avec le soutien des fonctions support. Outre une forte implication, ce mode de management génère beaucoup d’énergie et de motivation. Un manager (hiérarchique) veille à ce que cette dynamique collective reste dans une boucle positive.

    Pour aller plus loin, nous vous conseillons la page du site de Bretagne Ateliers dédiée au mangement collaboratif, ainsi que ce reportage d’Arts et Métiers Magazine.

    Un accompagnement personnalisé pour tirer le meilleur de chacun

    L’école métier est au centre de l’accompagnement. Tout y est géré en interne, avec une simplicité déconcertante. Et les épreuves ne sont pas en reste, nombre de « valides » se retrouveraient eux-aussi en situation de handicap ici !

    Après une période d’intégration et de formation, chaque employé est affecté au poste auquel il est le plus capable de s’épanouir. Une série de petits tests permet de déterminer les tâches pour lesquelles il est à l’aise, sans le stigmatiser dans la posture restrictive de l’échec. On ne cherche pas ses limites mais son potentiel, tant technique qu’humain. Et cela ne s’arrête pas aux premières semaines. Des formations courtes sont prévues régulièrement, pour développer les compétences, la polyvalence et anticiper les nouvelles activités. Avec comme priorités la qualité et la sécurité.

    Bien évidemment, cet accompagnement se fait aussi avec des professionnels de santé en fonction des situations de chacun. En cela on peut saluer le travail de la Direction du Management Social, DRH augmentée de Bretagne Ateliers. Gérant par exemple plus de 70 modèles d’horaires différents, elle amène une véritable qualité de vie au travail pour les 500 employés.

    Cette démarche a permis à Bretagne Ateliers d’atteindre un niveau de performance de haut rang (voir lien post #1). Et non sans une certaine fierté : l’entreprise n’hésite pas à ouvrir régulièrement ses portes pour montrer ce dont elle est capable. Que ce soit pour ses clients, ses prospects ou les curieux. Les opérateurs ont alors l’occasion de montrer leur savoir-faire et leur implication, présentant eux-mêmes les démarches d’amélioration continue. Logique, puisque c’est eux qui les ont initiées ! Tout cela se retrouve dans le documentaire la Direction des Richesses Humaines, dont voici un extrait :

     Un bel exemple d’entreprise pérenne et d’organisation libérée

    A lire ces lignes, beaucoup n’hésiteront pas à dire que cette organisation, bien qu’efficace, est encore loin de ce qu’on peut voir dans des entreprises décrites comme étant parmi les plus avancées sur le chemin de la libération. C’est peut-être vrai. Mais il ne sert à rien d’essayer d’appliquer les recettes des autres sans prendre en compte son environnement propre. Et celui de Bretagne Ateliers est particulièrement complexe et exigeant.

    Le handicap survient lorsque l’environnement de travail place la personne en situation de handicap. Chez Bretagne Ateliers, l’organisation n’impose pas un handicap supplémentaire, bien au contraire. Une entreprise qui pousse aussi loin qu’elle le peut les curseurs de la confiance, de l’autonomie et de la responsabilité, en donnant du sens au travail à travers une démarche réfléchie et partagée, n’est-ce pas là une véritable organisation libérée ?

    4 mai 2017 • Actualités, Notre regard, Témoignages • Vues: 3264

  • Une organisation libérée de la question du handicap

    La robustesse d’une organisation basée sur l’autonomie et la responsabilité va souvent plus loin qu’on ne se le laisse imaginer. L’exemple avec Bretagne Ateliers, pour qui donner du sens au travail signifie tendre la main aux personnes fragilisées par un handicap.

    Combien de fois entendons-nous suite à un témoignage sur une organisation libérée : « ce n’est pas pour nous », « on ne pourrait pas faire ça avec nos employés » ? D’aucuns savent se décourager avant même d’avoir essayé. Alors que d’autres ont décidé de vaincre les a priori.

    Donner du sens à la vie collective

    Bretagne Ateliers, ce sont 500 personnes dont 380 travailleurs en situation de handicap (1/3 physique, 1/3 déficience intellectuelle, 1/3 fragilité ou maladie psychique, handicap sensoriel …), 17M€ de CA en 2016 et plus de 40 ans d’expérience, le tout formant une association reconnue d’intérêt général et surtout la première Entreprise Adaptée industrielle de France. Son but : offrir un emploi à des personnes fragilisées par un handicap. Pour cela, elle cherche constamment à faire le lien entre les attentes de ses salariés (handicapés ou non) et de ses clients. Comment ?

    D’une part par l’adéquation homme-poste. Cela se traduit par un accompagnement personnalisé de chacun, avant tout pour remettre en confiance : parcours d’intégration, formation, écoute et convivialité. Une école métier est là pour repérer le potentiel de chacun, et l’orienter vers les postes les plus adaptés. Et les postes le sont, adaptés ! Grâce à une maitrise de l’ergonomie encore trop rare aujourd’hui dans l’industrie : innovante, efficace, à l’écoute, en somme pleine de bon sens et qui ferait rêver plus d’un chef d’atelier.

    D’autre part, en orientant encore et toujours ses processus vers le client. Celui-ci est omniprésent, car pour offrir un emploi il faut qu’il y ait un besoin en face. Et les résultats sont là : fournisseur de rang 1 pour l’automobile affichant 6 ppm en 2016 sur 2 millions de pièces livrées, un taux de service de 98,5% dans le ferroviaire. La consécration ? L’ouverture du marché aéronautique avec la fabrication de pièces pour Airbus (détails ici). Une partie de l’atelier fonctionne même de façon synchrone avec l’usine PSA située à proximité, fabriquant à la demande en moins de 45 min.

    La confiance pour tous, sans différenciation.

    La clef de sa réussite réside dans un management collaboratif basé sur le progrès permanent. Dénommé CRISTAL pour les valeurs qu’il représente (Convivialité, Rigueur, Implication, Simplification, Tous ensemble, Amélioration, Longévité), ce système vise à impliquer les équipes sur le terrain pour donner du sens à leur travail (plus de détails viendront bientôt dans un autre billet).

    Cette organisation tire sa force d’une exigence que beaucoup auraient pris pour un handicap. Cette exigence entraine une recherche permanente de solutions pour réduire les risques d’erreur et de stress, s’adapter aux nouveaux marchés en toute agilité, et pousser la performance.

    Le handicap survient lorsque l’environnement place la personne en situation de handicap. Bretagne Ateliers l’a bien compris, et démontre avec simplicité et brio comment prendre en compte les situations de chacun pour créer une organisation sur mesure : engagée, performante, pérenne, et libérée des a priori.

    26 avril 2017 • Actualités, Notre regard, Témoignages • Vues: 3328

  • La responsabilisation chez Michelin, un avantage concurrentiel !

    Plus que de libérer l’entreprise, il s’agit de responsabiliser et donc de libérer les énergies pour permettre aux salariés de retrouver du contrôle sur leur activité, ainsi que de favoriser leur créativité.
    Lire l’article de Liaisons Sociales Magazine (Comment Michelin libère ses cols bleus)

    24 octobre 2016 • Actualités, Témoignages • Vues: 3865

  • L’Entreprise Libérée : mythe ou réalité ? La conférence, comme si vous y étiez !

    Le 14 septembre dernier, en partenariat avec l’Association des anciens élèves Ingénieurs des Arts&Métiers, Proconseil organisait une conférence sur le thème « L’Entreprise Libérée : mythe ou réalité ? ».

    Retrouvez l’ensemble des interventions en vidéo.

    17 novembre 2015 • Actualités, Témoignages • Vues: 2746

  • L’entreprise libérée : mythe ou réalité ?

    Simple effet de mode ou signe avant-coureur d’une rupture inéluctable avec nos organisations traditionnelles, les entreprises libérées enthousiasment les uns et agacent les autres.

    Vous étiez très nombreux le 14 septembre dans les Salons de la Maison des Arts et Métiers pour en débattre.

    Voici le lien vers le document Proconseil présenté par Stéphane Lescure : https://prezi.com/gaxqf4idz2yg/

    15 septembre 2015 • Actualités, Non classé, Témoignages • Vues: 1738

  • Libérer une entreprise pour la redresser !

    C’est le pari tenté et… réussi par Jean-Claude Fringand, repreneur de la Poterie Lorraine.

    Mais attention, l’alchimie à trouver avec les salariés est subtile !

    (lu sur Le Journal des Entreprises)

    En savoir plus

    1 avril 2015 • Actualités, Témoignages • Vues: 4198

  • Le Bonheur au travail : prolongez l’expérience !

    Vous avez aimé le film… prolongez l’expérience en vous connectant sur le site interactif d’Arte.
    Au travers d’une enquête, vous pourrez vous situer par rapport aux internautes d’autres pays européens et visualiser de nombreux témoignages !

    5 mars 2015 • Actualités, Témoignages • Vues: 1624

  • La responsabilisation chez Michelin en Irlande

    (Vu sur Michelin)

    Nous vous parlions le 31 Octobre des démonstrateurs chez Michelin; voici donc l’exemple d’un îlot de l’usine de Ballymena en Irlande du Nord. Au travers des différents témoignages de ses membres, de l’opérateur à la chef du personnel, découvrons ce que la responsabilisation a apporté à cette équipe.  

    13 février 2015 • Actualités, Témoignages • Vues: 2003

  • WL Gore a supprimé les directeurs et les chefs

    (Lu sur Le Figaro.fr)

    Ce n’est pas un hasard si la filiale française de l’entreprise W.L. Gore a reçu cette année le premier prix du palmarès Great Place to Work. En effet, cette PME s’appuie sur un mode d’organisation qui met en avant la confiance et la loyauté et où les salariés ne sont plus des exécutants mais des associés. Chacun d’entre eux doit par ailleurs avoir en permanence à l’esprit un principe fondamental, celui de « la ligne de flottaison », selon lequel la responsabilité de chaque associé n’a pour borne que l’intérêt collectif.

    Lire l’article

     

    9 septembre 2014 • Actualités, Témoignages • Vues: 2551

  • Le Ministère belge de la sécurité sociale se libère

    Entre 2005 et 2015, le Ministère belge de la sécurité sociale sait que 40% de son personnel va partir à la retraite. Or cette institution attire peu de candidats… Ses responsables opèrent alors une transformation radicale pour se différencier des autres Ministères et des entreprises privées. Exit la culture du contrôle et du commandement et bienvenue à une culture de la confiance a priori soutenue par un nouvel environnement de travail et un autre style de leadership.

    (vu sur Alternego)

    13 août 2014 • Témoignages • Vues: 12191