Forcément impitoyable, le travail ? – Billet d’humeur

Le monde du travail n’échappe pas à la vague de « décryptage » et de « décodage » que nous proposent les médias. Dernier exemple en date, l’émission « Cash Investigation »[1] s’est attaquée cette semaine à l’ « univers impitoyable du travail », mettant en lumière la « face cachée » de Free et Lidl. En tant que co-producteurs du film « Le bonheur au travail » de Martin Meissonnier, nous nous devions de réagir.

Largement relayé dans la presse[2] et sur les réseaux sociaux, le reportage interpelle, choque, et même parfois indigne. Si on peut s’interroger sur les méthodes et la mise en scène employées par l’équipe d’Elise Lucet, qui réalise par la même occasion son record d’audience[3], le sujet reste grave. Pour preuve, le constat dressé par l’enquête « Parlons travail » de la CFDT[4]. Citée en début de reportage, cette enquête « met en lumière une image contrastée de notre relation au travail » :

77 % des salariés affirment aimer leur travail. Pourtant, d’un autre côté, 51 % des répondants estiment aussi que leur charge de travail est excessive, 37 % disent avoir déjà fait un burn-out. Un quart des participant·e·s vont au travail « la boule au ventre ». En somme, 35 % considèrent que leur travail nuit à leur santé.

Mais parler de bien-être au travail provoque aussi la risée de certains. L’entreprise a besoin d’être performante, « pas de satisfaire tout-un chacun ». Alors qu’en est-il ? Tout pour la performance ou monde des ours en peluche et des licornes ? Comment dépasser ce paradigme ? Des solutions existent pourtant, et nous vous en parlons régulièrement sur ce blog !

Notre regard se tourne d’abord vers l’ANACT, qui propose de nombreux services et outils pour diagnostiquer et accompagner les entreprises. Nous vous invitons à parcourir son site, riche en ressources et en idées. Il donne des pistes pour passer sur un mode de management plus participatif, identifier et prévenir les situations de harcèlement, etc … Sans oublier la sécurité. Une sensibilisation essentielle pour changer son regard sur les démarches visant à améliorer la Qualité de Vie au Travail. Celle-ci représente un véritable levier de compétitivité[5] !

Quand on parle de compétitivité, comment ne pas vous parler de notre expérience ? Nous aurions apprécié voir et entendre dans le reportage des opérateurs de chez Florette, à Mâcon, pour qu’ils vous parlent de leurs équipes responsabilisantes. Ils se sont exprimés avec fierté lors de la journée d’échanges que nous avons organisée mi-mars. Ce site mise sur la confiance et donne le pouvoir au terrain. Au fur et à mesure de notre accompagnement, les équipiers ont pris de nouvelles responsabilités et se sont engagés dans la performance.

Autre exemple qui nous vient à l’esprit lorsque nous voyons les entrepôts de Lidl, la démarche que nous avons déployée auprès d’une base logistique de Danone. Dans un contexte particulièrement concurrentiel, où anticipation et réactivité des flux logistiques sont des atouts majeurs, une nouvelle dynamique était nécessaire. La mise en place d’équipes responsabilisées a conduit à une amélioration significative des performances de l’entreprise, mais également à l’instauration d’un climat social serein et pérenne. En particulier sur le plan des conditions de travail, le nombre d’accidents sur le site a chuté.

Autre cas du reportage, les centres d’appels. Ils sont connus pour être un des bastions des pires conditions de travail, au moins en France. L’exemple de Free est parlant. Pourtant, d’autres entreprises de ce secteur atteignent des résultats surprenants. Citons par exemple IMA Tech : au travers du « Chemin de la confiance[6] », ils affichent un faible absentéisme, une forte cohésion sociale et beaucoup de sérénité. Nous avons nous même participé à de belles aventures, par exemple avec Generali, où le mot « performance » était encore tabou avant notre arrivée. Le changement de culture a permis de redynamiser les équipes, et gagner ainsi en valeur ajoutée pour le client.

Edgar Schein a brillamment démontré l’effet désastreux d’un décalage entre les valeurs annoncées d’une entreprise et la réalité du terrain. La construction d’une culture promouvant le bien être et la performance est donc aujourd’hui essentielle. On insiste sur l’impact des conditions de travail sur les performances. N’oublions pas non plus que les performances ont un impact sur le bien-être au travail, si tant est que ces performances soient réalisées dans un climat serein. D’ailleurs, 57 % des salariés sont globalement fiers de ce qu’ils font, nous indique la CFDT. Un chiffre qui ne demande qu’à monter !

Aujourd’hui le travail reprend une place importante dans le débat public, et c’est une bonne chose. Et heureusement, la contradiction entre performances et bien-être n’existe que dans l’esprit de quelques cyniques. Encore faut-il y mettre de la volonté : sécurité, confiance, autonomie. Le mode de management et l’organisation sont bien évidemment au cœur de ces problématiques. Les valeurs de l’entreprise et de ses dirigeants aussi : croire au bénéfice mutuel inscrit dans le lien entre l’humain et le travail, comme dans la théorie Y de McGregor, est pour nous une condition sine qua non.

Voilà pour notre décryptage. Si certaines entreprises sont impitoyables, nous leur préférons celles qui montrent la voie. Nous les accompagnons même depuis plus de 30 ans. Mais chut ! On vous en cache encore …

Thomas Cornelis
Chercheur-doctorant en innovation organisationnelle
Je m'intéresse aux innovation organisationnelles, de la conception des systèmes organisationnels à leur mise en place.
Thomas Cornelis on EmailThomas Cornelis on Linkedin

[1] Cash Investigation – Travail, ton univers impitoyable – diffusé le mar. 26.09.17 à 21h00 sur France 2

https://www.france.tv/france-2/cash-investigation/saison-6/250579-travail-ton-univers-impitoyable.html

[2] Voir, entre autres, cet article du « Monde »

[3] http://www.europe1.fr/medias-tele/record-historique-pour-cash-investigation-sur-france-2-3447596#utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

[4] Enquête « Parlons travail » – menée de septembre à décembre 2016 avec plus de 200 000 travailleurs

[5] Bien que ce point ne soit plus à prouver, nous vous mettons en lien l’excellent dossier concocté par La Fabrique de l’industrie : http://www.la-fabrique.fr/fr/publication/qualite-de-vie-travail-levier-de-competitivite/

[6] http://fr.calameo.com/read/002245281f85213166852 , voir les bénéfices pour les employés en p.56

One Response to Forcément impitoyable, le travail ? – Billet d’humeur

  1. Boussarie dit :

    Merci Gilbert de nous rappeler que le plaisir au travail existe. Tout n’est pas que noirceur et productivité. Bien sûr qu’il en faut (de la productivité) mais cela n’empêche pas l’échange pour faire avancer les conditions de travail, la prise en compte de l’autre et tendre vers l’objectif commun.
    Merci encore pour tous ces moments partagés en ta compagnie.
    Amicalement
    Jean-Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>