Les chroniques de Gilbert – Libérez l’attention

Pour que nos équipes donnent le meilleur d’elles-mêmes, le sport nous montre à nouveau le chemin. C’est dans le rugby que les équipes sportives sont les plus importantes : 15 personnes sur le terrain, pas une de plus. Sans doute avec raison. Imaginez donc un sport dans lequel l’équipe serait composée de 40 joueurs. Je vois déjà la scène. L’un des joueurs aurait le ballon et foncerait avec quelques-uns, quelque part très loin vers des buts adverses. Et pendant ce temps-là, de l’autre côté du terrain s’organiseraient entre certains équipiers des discussions qui n’auraient rien à voir avec le sens du jeu, plusieurs liraient le journal sans espoir de voir la balle, d’autres encore surferaient sur internet ou enverraient des SMS…Dans le monde de l’entreprise, il est pourtant assez fréquent que l’on me présente des équipes fortes de 40 personnes, voire plus. Imaginez donc ce que j’en pense…

 Dès que l’on est plus de 12 à 15 personnes dans un groupe, tout le monde le sait, la communication devient difficile et les plus timides ou les moins impliqués s’engagent rarement dans la discussion. C’est pourtant cela que l’on recherche dans les équipes responsabilisées : un engagement dans l’échange, dans les faits, dans le partage, dans les idées…

 Or, dans l’entreprise, il y a toujours une bonne raison pour ne pas diviser les trop grosses équipes… Certains disent que cela permet d’optimiser la charge entre tous les acteurs et qu’il serait dommageable de renoncer à cette chance. J’ai pourtant tellement vu, après découpage en équipes de plus petite dimension, des charges de travail certes moins équilibrées, mais une telle hausse de productivité générale grâce à l’intérêt retrouvé, que l’argument ne tient pas…

 Souvent est avancé également le fait que l’on ne peut pas découper le service à la bonne taille car tout le monde y fait à peu près le même travail ; Cela n’aurait alors pas beaucoup de sens d’avoir deux équipes qui feraient la même chose…Dans un club de foot, tous les joueurs de toutes les équipes devraient-ils donc jouer ensemble au même moment ? Quel argument  irrecevable ! Dans les clubs, il y a l’équipe première et la seconde, les jeunes et les seniors…Grâce à la règle obligatoire, en effet, on segmente : 11 joueurs sur le terrain, pas un de plus ! Alors, instituons une règle infranchissable dans nos entreprises et la possibilité de découper deviendra lisible immédiatement. Ici, on associera les équipes à des types de clientèle : les TPE du bâtiment, les TPE du service,…; Là à des régions : le Nord, le Sud,… ; Là encore à des canaux de distribution : les agences, les courtiers,…Là enfin à des volumes de flux : les gros, les moyens, les petits volumes.

 La façon de retrouver des équipes responsabilisées à taille humaine existe toujours dans ce « groupe de 40 » mais il faut aller les chercher. Et si ce découpage vous semble factice, il faut en trouver un qui donne plus de compréhension à la mission.

Vous aurez réussi quand, enfin, devant leur tableau de management par le visuel, l’ensemble des équipiers sera attentif à ce qui se passe et à ce qui s’y dit ; quand aucun d’entre eux n’en profitera pour passer un SMS car, finalement, rien n’est plus important que de discuter la partie que l’on va jouer aujourd’hui. Et si vous réussissez à ce stade, vous êtes en bonne position pour les autres phases du match.

 Alors, si vous voulez responsabiliser vos équipes, trouvez le moyen de leur donner une taille humaine et, enfin, Libérez l’attention !

Président de Proconseil
Passionné par les organisations, je les ai accompagnées pendant mes trente années de conseil. Sur ce blog, j'explore sans contraintes différentes facettes de la responsabilisation, de l’autonomie, et de la libération.
Gilbert Lippmann on EmailGilbert Lippmann on Linkedin

Partagez ce post :

Article précédent:
Article suivant:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>