Les chroniques de Gilbert – Libérez les conflits !

Dans la vie à deux, certaines paroles, pourtant anodines aux yeux des observateurs, génèrent des tensions plus que palpables. Celles-ci, correspondant souvent à des conflits non résolus, cristallisent malheureusement avec le temps et pénalisent les acteurs et leur entourage.

Dans l’entreprise où cheminent ensemble des hommes et des femmes qui ne se sont pas choisis, ces situations sont encore plus courantes. Ainsi, certains sujets deviennent tabous ou même ouvertement conflictuels entre deux ou plusieurs personnes, voire plusieurs groupes.

Ces conflits sont très pénalisants pour la performance de l’entreprise car ils  bloquent  les relations et obligent à faire des efforts pour les contourner. Que l’on ait des divergences de points de vue, oui ! C’est ça la richesse de la diversité. Que l’on ait des blocages, non ! Car ils diminuent l’énergie des équipes et freinent la nécessaire coopération.

Alors que faire, sachant que dans toute organisation – qu’elle qu’en soit la taille – le phénomène existe. Certains utilisent des coachs pour supprimer les pannes relationnelles d’une équipe. D’autres, le phénomène est plus récent, font appel à des médiateurs pour obtenir le meilleur compromis entre les acteurs…Mais ces actions ne sont que correctives. N’existe-t-il  aucune démarche de prévention que nous pourrions déployer avant d’en arriver là ?

Parmi les très nombreuses entreprises que j’ai côtoyées, certaines proposent des réponses.

Je pense notamment à ce laboratoire pharmaceutique Lyonnais qui a opté pour le « pouvoir du dissensus ». Son principe s’applique aux réunions, pour les équipiers comme pour la Présidence. Ce moment privilégié installe un vrai temps dédié à l’écoute sans aucun jugement, afin que l’ensemble des  participants s’exprime  en toute transparence. Il ne s’agit pas, comme souvent, d’un tour de table de principe destiné à une « fausse » adhésion. Il s’agit bien au contraire d’un véritable accueil des positions de chacun, pour rechercher les points de vue et permettre que des arguments soient développés sans aucune crainte ni contrainte. Si la démarche semble au premier abord ralentir la décision, elle garantit le consensus et supprime à la source ce qui pourrait devenir des conflits potentiels.

Je pense aussi à cette entreprise de service en B2B, où c’est un autre concept qui s’applique – celui des micro-conflits – lequel constitue un des principes de base du management. Comme son nom l’indique, cette démarche impose à tous de traiter les « petits » conflits dès qu’ils apparaissent afin d’éviter qu’ils ne deviennent trop difficiles à traiter. Ainsi, tout ce que l’on a à dire à une personne ou à un groupe mérite d’être dit, explicité et traité rapidement, ce qui est assez facile car pris à la racine. Cette pratique, exigeante mais véritablement ancrée dans la culture de l’entreprise, permet de débloquer nombre de situations et évite d’entrer dans des relations conflictuelles.

Ces entreprises et d’autres, que je connais, ayant mis en place ce type de pratiques se trouvent toutes dans la sphère des ETI. Sans doute parce qu’elles ne sont pas encore normées par les soi-disant « bonnes pratiques » managériales mondiales… Alors, pour fluidifier les relations et améliorer la coopération, libérons les conflits !

(paru en 2015)
Gilbert Lippmann
Président de Proconseil
Passionné par les organisations, je les ai accompagnées pendant mes trente années de conseil. Sur ce blog, j'explore sans contraintes différentes facettes de la responsabilisation, de l’autonomie, et de la libération.
Gilbert Lippmann on EmailGilbert Lippmann on Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>